Qu’est ce que la cholécystectomie ?

La cholécystectomie est l’ablation de la vésicule biliaire.

Quand faire l’intervention ?

La bile, sécrétée par le foie, sert à la digestion des aliments. Elle est déversée dans le duodénum (juste après l’estomac) par l’intermédiaire de la voie biliaire principale (le cholédoque). La vésicule biliaire est juste un organe de stockage de la bile et se contracte lors de l’alimentation pour envoyer la bile dans l’intestin. Elle n’est pas indispensable à la digestion et on peut vivre normalement sans elle. En son sein, la bile peut cristalliser/sédimenter et entrainer progressivement la formation des calculs (sorte de cailloux). Lorsqu’ils donnent des complications (douleur, fièvre, ictère), le seul traitement repose sur la chirurgie : la cholécystectomie.
Si les calculs sont présents mais asymptomatiques, la chirurgie est inutile. 

Quelles sont les risques des calculs biliaires ?

Ils peuvent entraîner des douleurs en barre au niveau de l’estomac et sous les côtes à droite, elles durent généralement moins de 4 à 6 heures, et peuvent se projeter dans le dos ou à l’épaule droite et être accompagnées de nausées et vomissements : c’est ce qu’on appelle une colique hépatique. Si la fièvre apparait en plus, il s’agit d’une inflammation de la vésicule, ce qu’on appelle la cholécystite, c’est une urgence. En migrant dans la voie biliaire principale, les calculs peuvent entraîner une pancréatite (en bloquant le canal excréteur du pancréas, canal de Wirsung), rare mais parfois gravissime, pouvant nécessiter une prise en charge réanimatoire. Enfin les calculs peuvent bloquer la circulation de la bile et entrainer la jaunisse (ictère), ce qu’on appelle une angiocholite, c’est également une urgence.

Parfois les signes cliniques sont moins typiques et la décision d’opérer est plus difficile ; le chirurgien pourra s’aider de critères biologiques (prises de sang) ou radiologiques (échographie, scanner ou IRM), voire endoscopiques. Même si vous être asymptomatiques lors de l’examen, il faut tout de même envisager l’intervention sans attendre la seconde crise, afin d’éviter une complication plus grave.

Avant l’opération, le chirurgien vérifie systématiquement la présence de signes (directs ou indirects) en faveur de calculs présents dans le cholédoque (plus fréquent chez les personnes âgées) et pourra demander des examens complémentaires. Si cela se confirme, le chirurgien a deux options : confirmer leur présence par une cholangiographie pendant l’opération (opacification des voies biliaires) et les enlever en même temps (soit en cœlioscopie soit par laparotomie sous costale droite), ou les faire retirer avant ou après l’intervention par les gastro-entérologues sous anesthésie générale (cathétérisme rétrograde endoscopique associée à une sphinctérotomie).

Comment se déroule l’ensemble de l’intervention ?

Elle peut se dérouler soit en hospitalisation ambulatoire (entrée et sortie le jour même de l’intervention) soit en hospitalisation conventionnelle (entrée la veille ou le matin même de l’intervention et sortie à partir du lendemain de l’intervention).

L’opération est généralement réalisée par cœlioscopie (opération sous anesthésie générale et avec l’aide d’une caméra avec des petites incisions < 2cm). Parfois l’opération peut être réalisée en ouvrant l’abdomen (laparotomie) sans que cela soit prévu initialement. Cette décision est prise pendant l’opération par le chirurgien devant l’apparition de difficultés.

Le principe est de sectionner après avoir clippé le canal de la vésicule (canal cystique) ainsi que son artère puis de libérer la vésicule qui est attachée au foie. Elle sera envoyée en analyse anatomopathologie (microscope), afin de s’assurer de l’absence de lésion maligne.

La remise des calculs au patient n’est plus autorisée d’un point de vue sanitaire.

L’opération dure entre 30 minutes à plusieurs heures en fonction de l’état de la vésicule, la présence de variations anatomiques, de votre poids, de vos antécédents chirurgicaux abdominaux ou de complications techniques peropératoires.

Parfois, un drain peut être laissé en place si le chirurgien le pense nécessaire. Dans les heures qui suivent, vous serez surveillé de manière rapprochée jusqu’à votre sortie. Un arrêt de travail vous sera prescrit en accord avec votre chirurgien, par votre médecin traitant. Un régime pauvre en graisses et en alcool est préconisé le mois suivant l’intervention. Aucune surveillance au long terme n’est nécessaire.

Quelles sont les complications ?

  • Les hémorragies par lésions des vaisseaux sanguins ou des organes de voisinage créant des difficultés opératoires. La gestion de ces problèmes est assurée par le chirurgien pendant l’intervention et peut adapter sa surveillance en post opératoire. Elles peuvent apparaître secondairement, après l’intervention et vous serez alerter par des signes anormaux. S’il craint une complication, le chirurgien peut décider de vous réopérer.
  • La complication principale est la plaie des voies biliaires extra hépatiques (canal cholédoque ou autre canal biliaire) dans moins de 1% des cas. Sa reconnaissance pendant l’intervention peut prolonger celle-ci ainsi que l’hospitalisation et peut parfois nécessiter d’autres opérations dans un second temps. Sa reconnaissance en post opératoire peut également nécessiter une ou plusieurs réinterventions et souvent un transfert en centre expert.
  • D’autres complications plus rares et accidentelles existent, liées à la coelioscopie : lésions intestinales, lésions vasculaires (vaisseaux hépatique, aorte…).Elles sont favorisées par la complexité de l’intervention ou des variations anatomiques inconnues. Leur reconnaissance immédiate permet en général une réparation sans séquelle. Les hémorragies sont habituellement rapidement maitrisées et nécessitent parfois une transfusion sanguine ou de dérivés sanguins (les complications liées aux transfusions notamment les transmissions de maladies infectieuses type hépatite ou sida deviennent exceptionnelles).

Un traitement préventif face au risque de phlébite ou d’embolie pulmonaire postopératoire sera mis en place si nécessaire (anticoagulants, bas de contention).

Des douleurs aux épaules peuvent apparaitre et vont s’estomper dans les 3-4 jours suivant l’intervention (dues au gaz de la coelioscopie)

Après votre retour au domicile l’apparition de certains signes doivent vous alerter, et vous devez contacter votre chirurgien sans plus attendre : dyspnée, douleurs abdominales brutales et intenses, fièvre, ictère ou pâleur cutanée et fatigue intense.